L’ancienne Penn Station : joyau architectural détruit en 1963.

A la fin du XIXe siècle, la Pennsylvania Railroad a cherché une solution pour rejoindre directement le cœur de New York. Son terminus se situait alors dans le New Jersey, de l’autre côté du fleuve Hudson. Pour aller à Manhattan, les usagers de cette compagnie devaient alors prendre des ferries. Des tunnels furent percés sous l’Hudson et l’East River, afin de relier le réseau de chemin de fer de New York à la Nouvelle-Angleterre, desservant ainsi toute la moitié est des États-Unis. La compagnie acheta les terrains nécessaires à la construction de la gare. Plusieurs rues ont dû être rasées dans Manhattan, ce qui signifia le déplacement de milliers d’habitants de la communauté majoritairement afro-américaine dans ce qui était autrefois connu sous le nom du quartier de Tenderloin.

Le chantier de construction de Penn Station sur la West 31st Street au début des années 1900. © George P. Hall & Son / New-York Historical Society

La construction de ce bâtiment de style Beaux-Arts a commencé en 1901 et a duré neuf ans. Il a été conçu par le célèbre cabinet d’architectes McKim, Mead & White. Ce cabinet a travaillé sur plusieurs lieu emblématique de New York comme le campus de l’université de Columbia, le Washington Square Park, le Brooklyn Museum et la Grand Army Plaza. Penn Station était alors un chef-d’œuvre bordé de colonnades de style dorique en granit rose, ornées de sculptures et de bas-reliefs. La salle d’attente, inspirée des thermes romains de Caracalla, avait un plafond qui s’élevait à 45 mètres de haut. Les quais des trains étaient baignés de soleil sous une verrière. Lorsque Penn Station ouvrit ses portes, elle avait une capacité de 144 trains par heure sur ses 21 voies et 11 quais. La station s’étendait sur deux blocks, de la septième à la huitième avenue entre la 31e rue et la 33e rue. La gare ouvrit officiellement ses portes le 29 août 1910, c’était alors la plus grande gare du monde ! Elle était destinée à symboliser non seulement la puissance de la Pennsylvania Railroad, mais aussi celle de New York en tant que ville la plus importante d’une nation qui devenait une superpuissance politique et économique.

Hall d’entrée et billetterie de Penn Station en 1911 – © George P. Hall & Son / New-York Historical Society

En 1945, la circulation des trains a atteint un sommet. Cette année-là, 100 millions de passagers sont passés par Penn Station. Au milieu des années 1950, le développement des autoroutes inter-États (National Interstate and Defense Highways Act) et du transport aérien entraina petit à petit le déclin de la gare. La gare, dont l’entretien coûtait une fortune, était désormais de moins en moins entretenue, comme les rues qui l’entouraient. Dans les années 1950, son extérieur en granit rose était recouvert de saleté.

Ce n’était donc pas tout à fait une surprise lorsque les propriétaires de Pennsylvania Railroad vendirent les droits pour la partie aérienne de la gare. En 1962, les plans furent rendus publics. La démolition de la gare allait faire place à une nouvelle arène de divertissement, le Madison Square Garden, ainsi que deux immeubles de bureaux. Une structure en acier devait alors été construite sur les voies ferrées et les quais existants pour préserver la partie souterraine de la gare.

Les new-yorkais apprirent la nouvelle de la future destruction de la gare en 1961, à la suite d’un article dans les colonnes du New York Times. Bien qu’il n’y ait pas eu de tollé généralisé à l’annonce de la destruction de la gare, une manifestation eût lieu en août 1962. Le Action Group for Better Architecture in New York a alors rassemblé plus d’une centaine de manifestants pour encercler l’entrée de Penn Station, mais finalement leurs efforts de préservation ont échoué. La démolition de Penn Station commença le 28 octobre 1963 pour se terminer lors de l’hiver 1966.

Manifestation à l’extérieur de la gare en 1963. – © The New York Public Library

La démolition de la gare fut à l’origine d’une prise de conscience des américains quant à la nécessité de préserver les bâtiments historiques. Deux ans après la destruction de Penn Station, la ville de New York a fondé sa Landmarks Preservation Commission qui a notamment contribué à sauver Grand Central Terminal dans les années 1970, à préserver les brownstones de Brooklyn, les théâtres de Broadway et le Radio City Music Hall.

Conçue à l’origine pour accueillir 200 000 passagers, Penn Station est aujourd’hui devenue une infrastructure par laquelle transite plus de 650 000 personnes chaque jour. Aujourd’hui, certains vestiges de l’ancienne gare existent encore comme les célèbres statues d’aigles qui se trouvaient au dessus de l’entrée principale. Deux d’entre elles ont longtemps été situées proche du Madison Square Garden avant d’être retirées lors des travaux en 2019. Il y en a également une sur le toit de Cooper Union à Manhattan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.