Elections présidentielles américaines: mode d’emploi

Le 8 novembre prochain, après le vote des grands électeurs et le dépouillement du scrutin, le 45e président(e) des Etats-Unis remplacera Barack Obama à la tête du pays. Alors, comment les élections présidentielles américaines fonctionnent-elles? Primaires de janvier à juin, conventions nationales lors de la période estivale, et élection présidentielle début novembre. Mode d’emploi de l’année électorale américaine.

Primaires, caucus, conventions et campagne présidentielle

L’année électorale commence au mois de janvier par les primaires et les caucus. Chaque Etat adopte l’un des deux systèmes. La différence entre les deux? Une primaire s’apparente à un scrutin classique où les électeurs de chacun des Etats se rendent aux urnes pour désigner les délégués, qui les représenteront lors de la convention nationale de leur parti. Il s’agit du système le plus répandu. Le vote, organisé par l’Etat, a lieu dans un bâtiment public, souvent une école, et se déroule sur toute une journée.

A l’inverse, un caucus s’apparente à une réunion organisée par un parti politique, réservée aux militants du parti en question, qui se rencontrent pour débattre et voter, à main levée ou à bulletin secret, pour les délégués qui les représenteront. Un caucus n’est pas un seul et unique rassemblement, mais se compose de plusieurs réunions de quartiers. Il ne concerne qu’une quinzaine d’Etats.

Hillary Clinton
Hillary Clinton à la tribune pour un discours lors des primaires, en mars dernier/©Lynne Sladky

En fait, pour être investi à la présidence, un candidat doit remporter une majorité de délégués. Les primaires permettent ainsi de déterminer le nombre de délégués attribués à chacun des candidats.  Ils peuvent être désignés selon deux modes: soit en proportion du nombre de votes, soit selon le principe du “winner-take-all”, où celui qui remporte la majorité remporte le total des voix.

Les primaires et les caucus processus permettent ainsi de déterminer les candidats de chacun des partis représentés à l’élection présidentielle. La politique américaine reste marquée par le bipartisme démocrate-républicain. Il existe toutefois d’autres partis politiques, qui voient cependant leur chance d’accéder au pouvoir quasiment nulle. En février dernier, les candidats à l’investiture républicaine étaient particulièrement nombreux, parmi eux: Ben Carson, Ted Cruz, John Kasish, Marco Rubio, et Donald Trump bien sûr. Côté démocrates, seuls Hillary Clinton, Martin O’Malley et Bernie Sanders se sont présentés.

Suite aux primaires et caucus, ont lieu, durant l’été, les conventions nationales de chacun des partis. Durant celles-ci, les délégués, précédemment élus par les citoyens, votent pour choisir le candidat qui les représentera à la présidence de leur parti. Le candidat ayant obtenu une majorité de délégués remporte l’investiture. Ainsi, au terme des conventions nationales, un candidat ainsi qu’un colistier sont désignés pour former un duo afin d’incarner les fonctions de président et vice-président. Cette année, côté démocrate, Hillary Clinton est alliée à Tim Kaine, tandis que Donald Trump forme avec Mike Pence le ticket républicain.

La fin des conventions nationales et la nomination des candidats marquent officiellement le début de la campagne présidentielle vers le mois de juillet. Les deux candidats choisis par leur parti respectif font ensuite campagne jusqu’en novembre. Ils s’affrontent lors de trois débats télévisées, qui ont lieu entre septembre et octobre.

Les candidats dans la course à la présidence

sans-titre-7

Hillary Diane Rodham Clinton. Une enfance dans une famille aisée de Chicago. A l’âge de 68 ans, Hillary Clinton se présente à la présidence des Etats-Unis, sous l’étiquette démocrate, après avoir été élue par ses pairs dans l’Etat de New York. Son expérience parle pour elle : première dame des Etats-Unis de 1993 à 2001, sénatrice de New York de 2001 à 2009, et secrétaire d’Etat sous la présidence de Barack Obama de 2009 à 2013. Elle sera accompagnée par Time Kaine, sénateur de Virginie et désigné comme son colistier.

sans-titre-6

Donald John Trump. Une enfance dans une famille riche new-yorkaise, originaire de Queens. Après des études de commerce, il suit les traces de son père, un riche promoteur immobilier. Il est aujourd’hui à la fois homme d’affaire, animateur télé, et homme politique. Engagé en politique dans les années 1980, il se présente en janvier dernier aux primaires du parti républicain, et parvient à être investi candidat républicain. Il forme avec Mike Pence, gouverneur de l’Indiana, le ticket républicain pour les élections présidentielles de 2016.

L’élection présidentielle

Début novembre, le mardi suivant le premier lundi, a lieu le jour de l’élection. Cette date n’est pas anodine. En effet, à cette période les moissons étaient terminées, et l’hiver pas encore trop rude rendant les routes encore praticables. Pourquoi le mardi? A l’époque, les déplacements se faisaient à cheval, ce qui demandait parfois une journée pour se rendre sur le lieu du vote. Il était impossible d’organiser le scrutin le dimanche, jour du seigneur, ni le lundi qui aurait impliqué un départ le dimanche.

Les citoyens américains élisent leur président au suffrage universel indirect. Les américains sont ainsi invités à voter, non pas directement pour leur candidat favori, mais pour de grands électeurs démocrates ou républicains. Ce sont eux qui voteront par la suite pour le candidat auquel ils se sont alliés. Les grands électeurs forment le collège électoral. Crée en 1804, par le 12e amendement de la Constitution, le collège électoral élit donc le président et le vice-président au mois de décembre. Au total, le nombre de grands électeurs s’élève à 538, et varie par Etat (de 3 à 55 en fonction de la population d’un Etat). La plupart des Etats choisissent leurs grands électeurs selon le principe du “winner takes all“, qui comme dans le cas des délégués, donne toutes les voix de l’Etat au candidat arrivé premier.

Même si le résultat de l’élection est en général connu suite au vote populaire, le candidat à la présidence doit attendre le vote des grands électeurs pour connaître son destin. Afin de devenir le nouveau président, il doit remporter 270 votes, soit la majorité des votes du collège électoral. Le résultat du vote des grands électeurs a lieu en décembre. Le candidat élu est alors officiellement désigné président des Etats-Unis.

The inauguration day

Avant sa nomination officielle à la tête du pays, le candidat élu prend possession de ses nouvelles fonctions: il nomme son cabinet, prépare et organise son gouvernement, et gère le personnel de la Maison Blanche, en attendant de prêter serment en janvier, plus d’un mois après l’élection.

Le président fraîchement élu est investi lors d’une cérémonie en plein air, qui a traditionnellement lieu à Washington, devant le Capitole où se retrouvent pour l’occasion des centaines de milliers de personnes. Il prête serment et entre officiellement à la Maison-Blanche pour quatre ans de pouvoir.

ÉVÉNEMENTS A VENIR
ELECTION AMÉRICAINE POUR L’ANNÉE 2016
  • 19 octobre 2016 : dernier débat entre les deux candidats dans la course à la présidence
  • 8 novembre 2016 : jour officiel des élections américaines
  • 12 décembre 2016 : vote du collège électoral
  • 20 janvier 2017 : prise des fonctions du nouveau président des Etats-Unis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *